alternanceWeb chargement en cours

LA MOUETTE ET ONCLE VANIA

Tchekhov / Benedetti

12 novembre - 1er decembre 2012 --> COMPLET

En alternance du lundi au vendredi à 20h30
Intégrale les samedis 17 novembre, 24 novembre et 1er décembre

Téléchargez le calendrier des représentations


Monter l'intégralité de l'oeuvre dramatique de Tchekhov, avec une équipe d'acteurs et selon un principe scénograpique unique, c'est le défi que s'est lancé Christian Benedetti. En 2011, il crée La Mouette, oeuvre emblématique mais aussi déclaration d'intention. En mars 2012, il poursuit son objectif en montant Oncle Vania.
Deux succès publics et critiques à découvrir ou re-découvrir sur la scène du Théâtre-Studio, en attendant la suite …

Un évènement Telerama et Libération.
En partenariat avec SceneWeb et La Russie d'Aujourd'hui.

⇒ Offre spéciale : les deux spectacles ou intégrale du samedi pour 25€ !
Renseignements et réservations au 01 43 76 86 56 ou reservation@theatre-studio.com


Extraits de Presse de La Mouette

« Et ils sont éblouissants de sincérité, les acteurs de Benedetti, lui en tête dans Trigorine, l’écrivain amer et mélancolique par qui le scandale arrive... Ils sont tous magnifiques.
Il faut se précipiter voir La Mouette » ****
Fabienne Pascaud • Telerama

« On est là avec eux, la Nina à vif de Florence Janas,le Treplev bouleversant de Xavier Legrand, la Macha de Nina Renaux, si belle dans sa volonté de ne pas tricher avec la vie. Le Dorn magnétique de Philippe Crubézy, l’Arkadina insupportable de Brigitte Barilley, leTrigorine un peu perdu deChristian Benedetti… Et tous les autres, le vieux Sorine en premier, le très émouvant Sorine de Jean Lescot, qui s’endort sous une couverture bleue, en un moment de grâce où passe le mystère de la vie »
Fabienne Darge • Le Monde

« Courez voir cette Mouette, elle vole, elle brûle ses ailes à l'horizon d'un théâtre tout simple, sans décor,Christian Benedetti la met en scène et l'interprète avec son équipe comme une partition. Une heure cinquante d'un vrai régal. »
Claire Baudéan • France Info

« Benedetti parvient, comme en se jouant, à donner à l’œuvre son plein sens à des yeux d’aujourd’hui. Sans décor proprement dit, avec un rien d’accessoires, en vêtements usuels, l’histoire de Nina qui veut faire du théâtre, séduite et abandonnée par Trigorine, écrivain fêté et désabusé qui est l’amant d’Arkadina, comédienne à succès et mère de Treplev, jeune poète en quête d’un art neuf, épris de Nina et appelé par la mort, s’écrit devant nous, spectateurs par à-coups sciemment éclairés, sur un tempo tout en nerfs 
qui ne laisse rien dans l’ombre. »
Jean-Pierre Léonardini • L'Humanité

« Cette Mouette est intrigante, palpitante. Profondément vivante. Elle nous fait ressentir quelques-uns des aspects les plus troublants de l’humain. »
Manuel Piolat Soleymat • La Terrasse

« Ici, c’est la vérité qui touche, la sincérité qui bouleverse … Les comédiens sont tous engagés de toutes leurs fibres dans ce beau travail ...Très bien dirigés, les interprètes touchent... C’est très beau. »
Armelle Héliot • Le quotidien du Médecin


Extraits de Presse de Oncle Vania

« Le Vania d’Alfortville frappe par sa brutalité … La version de Benedetti est d’une parfaite efficacité. Les acteurs débitent le texte à grande vitesse, à la manière des répétitions à l’italienne, entièrement centrées sur la mémorisation et la diction. Tout pour l’action … »
René Solis • Libération

« Christian Benedetti offre sans débordement psychologique aucun, exigeant juste des acteurs qu'ils incarnent la situation sans j érémiades, une hallucinante immersion dans l’œuvre devenue étonnamment violente et chaotique ... on ressort électrisé … »
Fabienne Pascaud • Telerama

« On rit, on est ému, on est touché, le miracle a opéré... »
Jean Luc Porquet • Le Canard Enchainé

« A ne rater sous aucun prétexte... La pièce présentée à Alfortville est à l’image de Benedetti, fidèle et iconoclaste à la fois, riche et détonante, marquée du sceau d’un théâtre brut, si l’on peut dire, où l’essentiel est d’interpeller le spectateur, de fixer son regard, de le changer, même. »
Jack Dion • Marianne2 Blog Théâtre